Mon expérience sur Lara Croft & The Temple of Osiris

La pochette du jeu Lara Croft et le Temple d'Osiris

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un nouvel opus de la licence Lara Croft (et non Tomb Raider, attention !) est sorti le 9 décembre 2014. J’y ai évidemment joué, l’occasion de vous livrer mon ressenti sur ce jeu 🙂

 


 

Aaaah, avoir Lara au pied du sapin ! Ca faisait longtemps que ça n’était pas arrivé !
Sorti le 9 décembre 2014 sur Playstation 4, Xbox One et PC pour la modique somme de 19,90€ en version standard, et pour 39,90€ la version Gold (Playstation 4 et PC seulement) qui est une édition collector avec le jeu + le Season Pass et des goodies sympatiques ! Je reparlerais plus en détails de ce pack sur le site, mais en attendant, je vous conseille d’aller voir l’excellente vidéo de l’unboxing de ce pack le déballage du pack Gold de Lara Croft et le temple d’Osiris (en Anglais seulement).

Le Temple d’Osiris fait suite, sans en être une du point de vue de l’histoire, à Lara Croft & The Guardian of Light (et le Gardien de la lumière) sorti en 2010 sur Playstation 3, Xbox 360 et PC (disponible depuis sur le navigateur Chrome et sous iOS (iPhone/iPad).
Vous ne connaissez pas ? Je vous fais un rapide topo !

***

Dans Le Gardien de la Lumière, Lara est accompagnée de Totec, le gardien de la lumière et doivent combattre Xolotl, le Dieu des phénomènes doubles et du royaume des morts…

Le premier niveau du jeu vous explique le gameplay.

Le premier niveau du jeu vous explique le gameplay.

Techniquement, c’est un jeu en 3D perspective isométrique, c’est à dire vue « de dessus ». Donc non, vous n’aurez pas une vue sur le popotin de Mademoiselle Croft mais une vue d’ensemble de l’environnement autour d’elle.
Effectivement, pour un Tomb Raider, ca fait bizarre, c’est justement pour ça que ce n’est pas un Tomb Raider ! Eidos Montréal s’est ainsi essayé sur d’autres manières de jouer tout en gardant le modèle et la psychologie de Lara issue du jeu Tomb Raider Underworld (2008). La licence se veut différente de la série originale tout en gardant l’authenticité de l’aventure et de l’action.
Les différences sont importantes : beaucoup de puzzles, d’énigmes, d’actions, l’ajout de pouvoirs détenus par des artefacts qui, une fois équipés et activés permettent d’accroitre les compétences des personnages… Mais surtout… Un mode local ou en ligne pour jouer à 2 en coopération !
Bon, attention, vous n’allez pas jouer avec 36 Lara Croft en même temps avec juste leur débardeur qui change de couleur, le deuxième joueur incarnera Totec qui a des compétences que Lara n’a pas.
Point très important, les énigmes évoluent si vous jouez seul ou à deux.

Bref, je ne vais pas vous en dire plus sur la licence Lara et sur Guardian of Light (ça sera l’occasion d’un autre billet !), sachez juste qu’il a été très bien accueilli par la critique malgré qu’une bonne poignée de fans de la licence n’a pas été convaincue du potentiel du titre.

***

Reprenons donc avec Lara Croft et le Temple d’Osiris.

Scénario : 6/10

Nous sommes donc dans l’univers des mythes d’Egypte. Joie et bonheur ! Je suis une très grande fan de Tomb Raider 4 : La Révélation Finale, qui, je rappelle pour ceux du fond qui n’écoutent pas, se déroule exclusivement en Egypte. Retrouver l’ambiance des pyramides, le sable chaud et les divinités est un plaisir !
L’histoire se base sur l’un des plus célèbres mythes de l’Egypte Ancienne. L’histoire d’Osiris et de Seth, que je vais vous conter rapidement de ce pas.

Lara nous raconte le mythe tout en dessinant. Interactif !

Lara nous raconte le mythe tout en dessinant. Interactif !

Seth jaloux de la popularité de son frère Osiris, organisa son assassinat. La femme et soeur d’Osiris, Isis, ne tarda pas à récupérer son corps sans vie du Nil. Fou de colère de la traitrise de sa soeur, Seth démembra alors le corps du défunt et éparpilla les morceaux dans toute l’Égypte. Isis partit une nouvelle fois à la recherche des membres de son époux, et, aidée du Dieu des morts, Anubis, le reconstitua, le momifia et lui ré-insuffla la vie temporairement avec l’aide de la magie. Horus naquit de leur union et Osiris devint le seigneur de l’au delà sous la protection d’Anubis.
Une fois adulte, Horus combattit son oncle de nombreuses fois avant d’être départagés. Horus reprit le trône d’Egypte jusque là aux mains de Seth et ce dernier fut condamné à servir le bien, devenant le protecteur de Rê en combattant le redoutable serpent Apopis….

Avouez qu’avec une histoire pareille, on détient la une bonne trame, de plus le mythe est relativement bien respecté dans le jeu, à ceci près qu’il s’agit d’une sorte de suite !
En effet, on commence le jeu avec Lara et Carter qui font la course pour récupérer le sceptre d’Isis ; mauvaise pioche, l’objet est ensorcelé et leur laisse la marque de Seth sur les mains, devenant prisonniers de la pyramide. Seth est donc libéré ainsi que d’autres divinités comme les Dieux protecteurs Isis et Horus. Ces derniers, un petit peu remontés, expliquent à nos deux archéologues qu’il faut enfermer Seth de nouveau dans le Temple d’Osiris sinon le chaos s’abattra sur notre planète ! Il vous faudra donc retrouver les membres d’Osiris, le reconstituer…. Et combattre Seth avec l’aide de la magie.
L’histoire est très simple, mais on ne peut que saluer ce scénario, tant l’effort d’intégration du célèbre mythe est bien faite. On s’intéressera ainsi à l’Histoire de l’Egypte ancienne sans aucun effort.

les piédestaux où vous allez déposer les membres d'Osiris

Les piédestaux où vous allez déposer les membres d’Osiris

Notre parcours pour retrouver et rassembler les 10 morceaux d’Osiris sera parsemé de rencontres avec des créatures mythiques et de combats contre des Dieux devenus malfaisant par Seth. Rien de bien extraordinaire donc, vous allez bien vite vous rendre compte que le scénario est finalement mal considéré au point où vous pouvez passer les cinématiques sans trop s’inquiéter. Dans l’idée, j’ai trouvé que le scénario de Tomb Raider 4 : La Révélation Finale, avec Seth donc, est un peu plus recherché.

Les 10 morceaux sont à retrouver dans 10 tombeaux dédiés à un élément particulier. Par exemple, dans le tombeau de l’Oracle, vous serez observé du début à la fin par de gros yeux ! Le Tombeau de l’Architecte vous promet quelques sueurs froides quand au Tombeau du passeur vous fera prendre une bonne douche ! Globalement, le thème du tombeau et les actions que l’on y fera se complètent bien, c’est même parfois original et ça correspond au thème de l’Egypte.

 

Graphismes : 7/10

C'est beau !

C’est beau !

Le jeu reprend la vue isométrique du précédent opus et il y a eu des évolutions graphiques afin de correspondre aux plateformes nextgen. C’est plus joli, plus lumineux, plus fin et précis. Adeptes de Guardian of Light (GOL), vous allez être ravis !
Mais on s’attendrait à quelque chose d’encore bien plus beau sur une Playstation 4 ou une Xbox One ! Je pense que le jeu aurait très bien pu tourner sur la précédente génération qui est désormais rodée. L’appel marketing pour ajouter un jeu aux catalogues de ces consoles aurait été plus fort ?
Coté PC, tout dépend évidemment de votre machine, la mienne se situe dans le milieu de gamme et n’a aucun soucis à faire tourner le jeu en full option. Ma seconde machine de test a eu nettement plus de mal. Malgré une configuration au minimum syndical, impossible de jouer : la carte graphique, de base, ne suffit pas alors qu’elle fait tourner d’autres jeux sans problèmes.

Pour les cinématiques si la majorité sont avec les graphismes tirés du jeu, les plus longues sont au format bande dessinée tout comme dans Guardian of Light. Même si j’étais habituée à l’effet du précédent opus, ca surprend encore. J’ai noté une petite évolution du dessin qui est plus vivant, les cheveux volent au vent par exemple, et le dessin est plus joli, plus coloré.
Bien que je trouve ça sympathique de rester dans le thème d’une histoire racontée (par Lara herself !) et donc imagée, j’accroche moins bien à cette manière de présenter, je préfère voir Lara en mouvement !

Les bugs graphiques ne sont pas légions en Solo, tout du moins durant ma partie, je n’ai rien remarqué.

Ca se gâte en multi où, selon votre connexion Internet et/ou la puissance de votre PC et les effets graphiques très importants (explosions diverses ou arrivée massive d’ennemis),

Vous voyez Lara en bas à droite ? Elle courre dans le vide !

Vous voyez Lara en bas à droite ? Elle court dans le vide !

les graphismes peuvent être catastrophiques ou vous plonger dans la 4ème dimension ! En effet, il m’est arrivée des choses très étranges, comme le décor entier qui ne s’affiche plus, voir mon coéquipier marcher dans le vide et bien au delà des limites de la pièce, des ennemis qui sautent et s’envolent vers le plafond… Ou, très drôle, le rayon laser du sceptre de ma Isis fonctionnant avec un temps de retard et sortir de nulle part, faisant une peur bleue à ma coéquipière !
Tout refonctionne une fois que la horde d’ennemis est décimée et/ou votre connexion Internet redevient stable mais sur le coup, on ne sait pas trop quoi faire ni où aller !
Autre bug notable, le grappin de Lara pour aider ses coéquipiers. Des fois il marche, des fois, il réagit comme s’il se prenait pour un serpent, se tordant dans tous les sens mais oubliant le principal : rattraper l’ami qui tombe vers une mort certaine !

Gameplay : 8/10

Le jeu reprend quasiment le même gameplay que dans Guardian of Light.

Sur consoles, vous retrouverez un joystick pour diriger Lara et le second pour mitrailler tout en utilisant les gachettes. Sur PC avec un clavier, c’est nettement plus difficile, le jeu vous fera une vraie gymnastique des doigts ! Je ne saurais trop vous recommander de jouer avec une manette.

Ce niveau m'a impressionnée par son originalité.

Ce niveau m’a impressionnée par son originalité

Concrètement, en solo, vous avez les basiques pistolets accompagnés d’un sceptre magique que j’expliquerais plus tard, ces deux armes ont des munitions infinies. Le grappin est toujours là et une torche est disponible. Enfin, votre barre de vie et de munitions sont au minimum. Mais très vite durant le premier niveau, vous allez trouver une arme supplémentaire à ajouter à votre arsenal et des améliorations de santé et de munitions.

Du coté du jeu en lui même, on retrouve les actions et énigmes traditionnelles des premiers Tomb Raider : des boules à déplacer, des piques, des sauts, du chrono… Ainsi que quelques une tirées de la trilogie par Crystal Dynamics : l’utilisation du grappin par exemple. Les armes sont plus que jamais très nombreuses, parmis des armes surpuissantes ou spéciales (à munitions empoissonnées, glacées…) on retrouve les traditionnels 9mm à munitions illimités et les bombes illimitées.

Concernant les nouveautés et évolutions :

Les gemmes sont de retours, plus nombreuses et peuvent être utilisées !
Les gemmes, ce sont de petits diamants qui se trouve sur votre chemin ou cachés dans des amphores, elles apportent des points qui feront figures de score à la fin du jeu.
Dans Temple of Osiris, elles augmentent toujours votre total de points mais peuvent désormais être échangées pour ouvrir des coffres qui offrent de sympathiques cadeaux : des armes ou des artéfacts !
Petite chose à savoir, de gros sacs de gemmes sont offerts par les statues d’Osiris ou après avoir complété le défi des obélisques, une fois avoir fini le jeu une première fois.

La sympathique lance de Totec laisse la place au sceptre magique de Isis et Horus.  Le sceptre permet de détruire les portes des ténèbres, activer des zones (à la manière du gant de Thor dans Tomb Raider : Underworld) viser des miroirs ou tuer des ennemis.
Et… C’est tout ce qu’on peut en faire ! Son utilisation est surtout axée à résoudre des enigmes afin de détruire les portes des ténèbres et activer des plateformes pour progresser dans le tombeau, vous pouvez aussi abattre les ennemis avec mais c’est guère puissant. L’idée est bonne dans les faits mais l’utilisation est trop limité et n’offre que peu d’avantage finalement.
J’aurais bien vu de pouvoir le planter tout comme la lance de Totec dans un mur pour atteindre des zones plus hautes, tout du moins dans la partie solo, car en coop, Isis et Horus peuvent créer un champ de force magique qui les englobe afin de se protéger et surtout de permettre aux autres de monter sur eux et sauter plus haut.
Ca donne d’ailleurs d’excellentes conversation entre joueurs « Monte sur moi ! », « Viens, saute sur moi ! », « Attends, bouge pas, je te saute dessus ! »… X)

La torche ! Elle vous sera très utile dans plusieurs niveaux mais aussi pour vous aider à vous aventurer dans les pièces sombres et même remporter au passage quelques gemmes en allumant les lampes.

Les boules magiques explosives, nos grandes copines les boules sont de retour et sont toujours à déplacer sur un socle qui activera une porte. Dans le Temple d’Osiris, elle explosent au bout de quelques secondes et réagissent au sceptre d’Isis et Horus, il vous faudra maintenir le pouvoir du sceptre tout en déplaçant la boule vers un mur fragile ou un socle. Évidemment, son explosion peut au mieux, blesser Lara ou votre équipe, au pire vous tuer.
Ça vous semble facile ? Détrompez-vous, les énigmes avec cette nouveauté sont parfois bien énervantes !

Des boss ENORMES vous attendent !

Des boss ENORMES vous attendent !

On retrouve l’utilisation des artefacts et cette fois de manière plus étudiées.
Désormais, elles ne se trouvent plus cachée dans un tombeau à défi, ou disposée sagement sur un socle, attendant qu’on les retrouve pour déclencher un piège ; comme je le disais plus haut, elles sont cachées dans de nombreux coffres de genre différents : Les coffres en bois délabré de100 gems aux coffres d’or à 1000 gemmes vous échangeront vos gemmes contre des objets plus ou moins rare en fonction du coffre ouvert.

Les coffres sont déjà très nombreux sur les chemins mais aussi en très nombreuse quantité à la fin de chaque tombeau. L’idée rentre parfaitement dans le scénario d’une pyramide avec tous ses trésors !

Concernant l’utilisation des artefacts, ils permettent d’équiper les personnages et d’accroitre leurs compétences ou les capacités matérielles ; par exemple, les armes sont plus puissantes, vous courrez plus rapidement, les grenades ont une portée plus grande, vous êtes protégé contre le froid…
Comme dans le Gardien de la Lumière, ils ne fonctionneront seulement si vous ramassez assez de gemmes ou combattiez assez d’adversaires et leur effet s’arrête au moindre dégât, il vous faudra alors retrouver des gemmes ou combattez d’autres ennemis.
Subtilité, les artefacts peuvent apporter de mauvaises compétences : par exemple, vous courrez plus vite grâce au collier, mais avec la bague, vos bombes ont une portée moins

La météo est un gros plus

La météo est un gros plus

grande. Il faut donc bien équilibrer son arsenal magique et s’assurer que les effets ne s’annulent pas entre eux.
Autre chose à savoir, en mode coopération, les effets bénéfiques des artefacts fonctionnent pour toute l’équipe. Il faut là aussi bien choisir en fonction de l’équipement de vos compagnons.

La météo et l’alternance jour/nuit est une grosse nouveauté puisqu’on peut désormais les contrôler ! Sans en spoiler d’avantage, vous allez pouvoir jouer au jeu en mode jour ou nuit avec de la pluie, du soleil ou de la neige. Le Level Design change en fonction de votre choix, vous pourrez ainsi accéder à des zones impossibles auparavant.
C’est une excellente idée et j’ai apprécié pouvoir découvrir le temple d’Osiris sous un nouveau jour à chaque changement, mais l’idée aurait pu être poussée beaucoup plus loin.

Les boss ENORMES ! Les boss ont toujours été sympatoches dans les Tomb Raider, ceux là sont dans le top ten ! Khépri, le Dieu scarabée, est mon boss préféré, un design très recherché, joli et son niveau n’est pas pour déplaire : vous êtes sur une boule qui roule (évidemment, pour un scarabée bousier !) et vous devrez éviter des petits scarabées, des météores et leurs cratères enflammés. Les autres boss sont tout aussi intéressant et quelques-un vont vous donner des sueurs froides. Un seul m’a réellement déçue : Seth, lui même. J’espérais ne pas avoir la même déception que pour le Seth de Tomb Raider 4, c’est dommage… Même si ça parait logique que notre petite Lara Croft n’est pas à la hauteur d’un Dieu et doit faire ce qu’elle peut à son niveau.

Concernant les bugs de gameplay, comme je le disais plus haut, j’en ai croisé quelques-un, dont un très embêtant…
Dans le genre, un tout petit peu agaçant, un bug pourtant inexistant sur Guardian of Light : on peine à détruire les amphores quand on est très proche d’elles. C’est bête mais quand on est à la recherche des gemmes ou des trousses de soin, munitions, détruire les amphores est parfois vital !

Dans le style « ca m’énerve mais on fait avec », il y a toujours le même soucis de l‘appréciation des distances durant les sauts, avec la vue de dessus, on a parfois du mal à bien voir où son personnage se trouve et mesurer la distance qu’il aura à sauter ou franchir. Autre soucis, l’utilisation du grappin qui est parfois maladroite.
Bref, pendant les phases de sauts, vous allez mourir, souvent, très souvent.

Je n’ai eu affaire qu’à un seul gros bug de gameplay. Un gros même.
Malgré l’énigme résolu, je ne pouvais ni avancer, ni faire marche arrière et la mort ne résolvait rien. En mode solo, je n’avais plus qu’à recommencer le jeu, la mort dans l’âme. Mais il y a une solution en coopération ! Il faut charger la partie de votre ami, refaire le niveau et en sortir. Vous pourrez ainsi reprendre votre partie en dehors de ce niveau.

Je m’arrête là pour le gameplay car sinon je ne m’arrêterais jamais et je vais tout vous dévoiler ! Retenez juste que c’est à la mode Tomb Raider avec des « plus » non négligeables, beaucoup plus d’action que dans la série originale et une vue de dessus qui changera votre façon de jouer. C’est dit !

Bande Son : 8/10

L’OST était pour moi le gros défaut de Guardian of Light, c’était des reprises d’Underworld et de Legend (sortis en 2008 et 2006). J’attendais beaucoup de l’OST de Temple d’Osiris et j’avoue ne pas être déçue, loin de là !
La bande son est réalisée par Wilbert Roger II, accompagné de Paul Houseman, ils nous emmène en Egypte et nous accompagne dans les scènes d’action tout naturellement. On se laisse bercer par leur talent, rien à redire, j’en demande encore !
Carton plein aussi du coté du doublage réalisé avec notre Françoise Cadol préférée qui n’a jamais été aussi énergique et démontre une fois encore tout son talent pour nous offrir une Lara en pleine forme ! A croire que Lara lui a manquée ! On aimerait que cela perdure pour Rise of the Tomb Raider (fin 2015)…
Du coté des personnages secondaires, la voix d’Isis est délicieuse à souhait, celle de Carter est plus énervante et je la trouve mal choisie pour un personnage qui semble pourtant plus malin que sa voix laisse comprendre. Horus a une voix convenable, son défaut est qu’il s’agit du plus timide du groupe, il ne parle que très peu mais toujours judicieusement, dommage, on a l’impression qu’il est mit de coté.
Enfin, Osiris et Seth ont une voie sortie d’outre tombe réussie…

Seth n'est pas content...

Seth est plutôt réussi

Quelque chose de dérangeant, Lara et Isis prennent toute la place au niveau dialogue, c’est simple, on n’entends qu’elles !
Si Carter papote plus qu’Horus, ils restent tous les deux très en retrait et font office d’outsider, ils suivent le groupe et font ce qu’il ont à faire. Horus est le timide du groupe durant le jeu, la fin du jeu lui permet de plus s’exprimer et de le redécouvrir sous un autre jour… Mais il a fallu attendre la fin pour ça…
Pour Carter Bell, s’il s’exprime de temps en temps c’est toujours pour dire qu’il aimerait bien récupérer (voler ?) les nombreux trésors des tombeaux. Son charisme n’est pas bien calibré, je le trouve antipathique et sa voix Française m’horripile. Rien n’est fait pour l’apprécier. De plus, lors du choix de personnage en coopération à 2 joueurs, Carter est obligatoirement mit sur la touche. L’un des deux joueurs est obligé de choisir Lara, et le deuxième a le choix entre Isis et Horus. Pas de jeux Lara Croft sans Lara Croft, évidemment, mais du coup, c’est Carter qui en pâtit.

Aussi, tous les dialogues sont creux et prêtent parfois à sourire tant c’est prémâché. Je note aussi la redondance des dialogues dans le jeu lui même, en effet, réentendre 10 fois les mêmes paroles de Lara ou de ses comparses, c’est usant et on est tenté de couper le son.

Bonus ! Vous pouvez écouter la bande son en intégralité et gratuitement sur SoundClound.

Durée de vie : 6/10

Bon, là c’est mitigé. Je suis une joueuse qui prend son temps, qui aime admirer les alentours et fouiner un peu partout… Bref, je traine un peu en jouant.
J’ai terminé le mode Histoire de du Gardien de Lumière sur Xbox 360 en 2010 en 6H et quelques, et je l’ai terminé cette année sur PC en 5H.
Je m’attendais donc à un Temple d’Osiris beaucoup plus long…. Et pourtant j’ai terminé le mode Histoire en moins de 7H . C’est peu car on s’amuse tellement qu’on ne les voit pas passer !
Heureusement qu’il y a de très nombreux plus pour nous donner envie de reprendre la manette :

Fin de niveau, on décompte les points !

Fin de niveau, on décompte les points !

En première ligne, les coffres avec les améliorations et les armes, celles-ci sont trèèèès nombreuses ! Il vous faudra beaucoup de gemmes, et donc, de combat pour réussir à toutes les avoir, et pour pouvoir ouvrir les coffres, n’oubliez pas qu’il faut refaire les tombeaux… Rien que ça, c’est déjà beaucoup d’heures supplémentaires au compteur.
Les défis, qui sont abondants, en moyenne 5 défis par tombeau, sans compter ceux des zones. Et ils ne sont pas faciles, comme les courses contre la montre ou la récupération des cranes rouges, certains ne peuvent être récupérés qu’en coopération ! Autre chose, après avoir fini le jeu, des obélisques apparaissent dans les zones et vous permettent de vous mesurer à une horde d’ennemis à des difficultés différentes. De nombreuses gemmes sont à gagner lors de ces défis spéciaux.
Des défis communautaires en ligne sont lancés hebdomadairement par Crystal Dynamics. Ils permettent de remporter des améliorations ou des gemmes. Il faut, par exemple, tuer 1 millions de scarabées à l’aide du lance-flamme en 5 jours. Bon, le hic, c’est que ça sera surement sur 2015 et dès la sortie de Rise of the Tomb Raider, je pense qu’on pourra oublier ces fameux défis…
Le mode coopération en ligne ou local évidemment, qui permet de refaire les niveaux d’une manière totalement différente, je rappelle que les énigmes évoluent en fonction du nombre de joueurs.
Les succès/trophées, mais malheureusement pas pour tout le monde car ils sont  nombreux sur Xbox One et Steam (40 succès !) mais beaucoup moins sur Playstation 4, 12 trophées et pas de platine…
Les nouveaux tombeaux, depuis la sortie du jeu, Crystal a sorti deux nouveaux tombeaux et ils sont à tomber tant la difficulté est plus élevée que ceux de base !
Les autres DLC sont surtout des tenues supplémentaires et des artefacts. A noter que si vous avez acheté le Season Pass, vous avez immédiatement droit aux contenus supplémentaires.

Et j’oublie certainement beaucoup de choses…
Si je retire des points à la durée de vie, c’est que ces prolongements sont en partie offerts grâce à une connexion Internet. Pas de réseau, pas de chocolat ! Dommage…

Le multijoueur 8/10

Assurément LE gros bon point du jeu. Le mode solo se débrouille bien pour vous amuser, mais à plusieurs, c’est juste une bonne grosse rigolade !

A savoir, le mode n’est actif qu’avec vos amis, si personne dans votre liste n’a le jeu, vous ne pourrez pas vous essayer au multi… Mais pas de panique ! Vous pouvez jouer à plusieurs en local, sur votre console ou votre PC.

Le menu  du jeu avec les personnages animés.

Le menu du jeu avec les personnages animés.

J’ai trouvé que jouer en multi n’est pas simple à activer la première fois ; sur le menu, vous devez vous mettre sur la droite et faire appel à votre liste d’amis, et attendre qu’il accepte la demande dans le temps imparti. Le micro s’activera à ce moment là.
Vous allez ensuite avoir une fenêtre qui vous demande maladroitement quelle partie utiliser. Moment d’interrogation, mais de quoi veut-il parler ?
En fait, le jeu va se lancer selon la progression de l’histoire de l’un ou l’autre personnage. Ainsi, si l’un des deux a fini le jeu et que vous choisissez son mode, l’autre joueur va avoir accès à des zones et donc, des ennemis, qu’il n’a pas encore vu… Et donc une difficulté peut-être plus accrue pour lui.
Cette fenêtre me semble mal traduite et n’explique pas assez bien les potentiels « risques » de spoiler ou de difficulté.
Nous passons ensuite au choix du personnage, rien de compliqué, mis à part le point énoncé plus haut : à deux joueurs, l’un des deux est obligé de prendre Lara, vous oubliez Carter. Coté code couleur des personnages, Lara est rouge, Isis est jaune, Carter est vert (de rage ?) et Horus est bleu.
Et c’est parti pour une bonne séance de rigolade !

Une chose qui a été approfondi dans ce nouvel opus de la licence Lara Croft et qu’on ne voit pas tout de suite, c’est que ce n’est pas vraiment de la coopération. Enfin, si, vous allez devoir coopérer pour avancer, mais dans les faits, il s’agit surtout d’un moyen de se mesurer à l’autre telle une course. Crystal Dynamics a retravaillé le tableau des statistiques de fin de niveau afin de voir qui a ramassé le plus de gemmes, tué le plus d’ennemis, est mort le plus de fois, a utilisé le plus de bombes… Et calcule tout ça sous forme de points. C’est subtil, ça donne un peu l’envie de faire mieux pour battre son compagnon de route et de continuer l’aventure !

Et si vous êtes un peu susceptible et mauvais joueur, vous pourrez très bien laisser mourir vos compagnons au combat en « oubliant » de les ranimer ou de les rattraper au grappin ou encore de les protéger avec votre bouclier magique, ou plus mesquin, en les laissant à leur triste sort contre une dizaine d’ennemis tandis que vous cherchez les gemmes et autres bonus… Il y a bien d’autres manières de ramener la couette à vous et grappiller des points. Évidemment, tout ça, ça fonctionne aussi si vous avez juste envie d’embêter vos coéquipiers ! 😉
Un petit truc qui vous rammène vite au fait que c’est un jeu de coopération : vous ne pouvez pas continuer votre chemin en laissant vos compagnons en arrière, la zone se bloque et vous êtes obligé d’attendre que vos amis arrivent. Ca marche aussi en sens inverse si, par exemple, vous souhaitez exploser des amphores oubliées un peu plus tôt alors que vos amis courent dans l’autre sens.

J’ai testé à 2 joueurs et à 3 joueurs et j’étais très surprise de la promesse tenue de Crystal Dynamics : les passages à énigmes changent effectivement en fonction de votre nombre de joueurs. Par exemple, là où vous deviez balancer votre grappin en solo, vous allez devoir faire appel à la magie en coopération, ou inversement. Bref, vous pouvez très bien terminer le jeu en solo une première fois et le re-terminer à plusieurs avec presque un nouveau jeu.

2 défauts ! Le premier relève plus du choix de graphismes que d’un bug : le trop plein d’effets pyrotechniques ! Je m’explique : il y aura des moments où vous allez surement « perdre de vue » votre personnage et courir vers une mort certaine ! En effet, durant les passages avec une horde d’ennemis les effets sont tellement nombreux qu’on a vite fait de se perdre dans la masse. Et ce, malgré la marque de couleur sous votre personnage. Ca parait bête comme ça, mais il m’est arrivé plus d’une fois en jouant à 2 ou à 3 de me tromper de personnage et mourir… bêtement. Le plus drôle reste tout de même quand 2 joueurs se trompent en même temps 😀

Le second défaut est par rapport au micro, si vous parliez déjà sur la conversation steam, le jeu réactivera une bande son. Il vous faudra sortir du jeu pour désactiver celle de la conversation. Autre chose, le son se coupe ou est haché durant les temps de chargement. Encore bien énervé de la partie terminée, se retrouver coupé dans la conversation est énervant, même quand on est au courant….

TOTAL 7/10

 

Tout d’abord, si vous avez apprécié Le Gardien de Lumière, vous allez adorer ce Temple d’Osiris !
Malgré le fait que le jeu est relativement facile, court et limité en mode Solo, il est beaucoup plus intéressant en coopération et complétement déjanté en coopération à 3. Je n’ose imaginer une partie à 4 joueurs !
Je ne regrette pas grand chose tant j’ai adoré passer du temps sur ce Temple d’Osiris alors que je ne lui avais accordé que très peu de curiosité lorsqu’il a été dévoilé à l’E3 2014.
J’ai retrouvé un petit peu de l’ancienne Lara et un peu de l’action des anciens Tomb Raider, et ça, ça n’a pas de prix avec le reboot de la licence !

Concrètement, pour le prix de lancement (20€) il n’y a pas grand chose à critiquer, hormis peut-être cette durée de vie beaucoup trop courte, ce scénario un peu bateau et des puzzles parfois trop faciles.
J’ai donc hâte de voir un 3ème volet de la licence Lara Croft sous cette forme plus tard !

 

(+) LES PLUS

+ L’Egypte !
+ De l’action en veux-tu en voilà entrecoupée de sympathiques énigmes,
+ La Lara Classique avec la voix de Françoise Cadol !
+ Le mode coopération local et online,
+ la durée de vie si on veut compléter à 100%,
+ Le prix ! 20€ mini !
+ Possibilité de jouer à 2, 3 ou 4.

(-) LES MOINS

– la durée de vie (si on s’arrête au mode Histoire)
– toujours ce petit soucis d’appréciation de distance durant les sauts,
– la lance du précédent opus manque,
– action parfois un peu trop vive, on peut facilement perdre « perdre » son personnage, surtout en coop.
– le scénario un peu bateau et le boss de fin.

 

La pochette du jeu Lara Croft et le Temple d'Osiris

Carter, Lara, Horus et Isis

 

Lara Croft & The Temple of Osiris

Sorti le : 9 décembre 2014
Plateformes : PC, Playstation 4, Xbox One
Éditeur : Square Enix
Développeur : Crystal Dynamics
Genre : Action / Aventure
Classification PEGI : +12 ans
Site officiel : www.laracroft.com

 

Crédits screenshots : croftcollection.com

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *